Monthly Archives: janvier 2014

Publications 2013-14

LITTÉRATURE0 comments

Dernières publications 2013-14

 

Articles :

« Qu’est-ce que la mètis ? »

In Médiations philosophiques n°3, p 9-10

Disponible dans les grandes bibliothèques lyonnaises (Part-Dieu, ENS, Lyon 3, etc.)

——————————————————————————————————————————————– Continue Reading

Chronique n°27: Galaxie n°26

LITTÉRATURE0 comments

 

 

 

 

– Et la mort dansait sur un air de valse

 

– DET

 

– La plus belle façon de mourir

 

– A.D. 3013

 

– La Recrue

 

– Le réparateur

 

– Collateral Damages

 

– Les égaux

 

– Le jongleur

 

– Terreur à Luna City

 

– Les rouges collines de la Terre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chronique n°26: West Borrows Creek

LITTÉRATURE0 comments

West Borrows Creek d’Aaron McSley

 

XIXe siècle américain. Un jeune homme est accusé d’avoir massacré sa famille mais il prétend ne pas être responsable. Une jeune fille et son mentor, chasseur de lycanthropes, essayent de résoudre le mystère.

Bien écrit. Hormis quelques fautes d’orthographe, le style est adapté à l’époque. Le thème est classique mais une histoire d’horreur de bonne facture.

Aaron est un jeune auteur qui vient de publier son premier roman d’horreur, Morphée, aux éditions Feedbooks. Il est également le fondateur de la revue numérique Absinthe.

 

 

 

Chronique n°25: Pagan Pandemia

LITTÉRATURE0 comments

Pagan Pandemia

« Soupe de phalanges »

 

Le roman porte le sous-titre « soupe de phalanges ». C’est un double jeu de mots que comprendra le lecteur néanmoins ce n’est pas le titre que j’aurais choisi.

L’histoire se révèle rapidement être une histoire d’urban fantasy, à l’univers original et surprenant mais cela ne sautait pas aux yeux. Dans un rayon de librairie, je n’aurais pas forcément commencé par ce titre.

Ensuite, ce qui frappe, d’emblée, c’est le vocabulaire. Si vous aimez les Jaworsky et les langues ciselées au vocabulaire soutenu, passez votre chemin. Ici, c’est du Michel Audiard. Un argot vibrant constitue le roman. C’est déroutant par moment mais cela apporte une vitalité à la langue et au récit. Au moins, je sens palpiter la langue.

Le livre présente différents niveaux de lecture. Je vais revenir sur l’intrigue principale dans un instant. Je commence par les messages cachés qui grouillent comme des mouches autour d’une écuelle de lait. Ne serait-ce que dans le choix des titres de chapitres, on devine la culture et les références de l’auteur. Mais c’est dans la construction de l’univers qu’on s’amuse à retrouver des références franchement camouflées.

Les deux personnages principaux sont un celte et un viking. C’est le genre de tandem qu’Howard aimait mettre en scène. Les « phalanges » sont constituées de cinq paladins ? Logique. Les cinq doigts de la main. De par leur fonction, ils rappellent bien les « quatuor » qui se promènent chez Goodkind. En revanche, pas l’ombre d’un elfe ou d’un orc.

L’histoire se déroule sur Terre, en France, à la fin des années 2000. Les personnages regardent la télévision , boivent de l’alcool (beaucoup) et se dessoudent à coup d’opinel.

On alterne les phases de récit à la troisième personne et à la première, un peu comme dans Nightwatch. Ce n’est pas vraiment gênant. L’auteur gère bien ses scènes et n’est jamais confus.

Le livre suit les mésaventures d’un duo de choc, franchement pathétique, qui se retrouve accidentellement obligé de sauver la peau d’un gamin de quinze ans qui ne comprend rien aux forces occultes qui dirigent l’univers.

J’en viens aux points intéressants. Outre la langue vivante, riche et variée, le personnage principal est un pur anti-héros. Il pue. Je résume mais c’est l’idée. A cause de ses pouvoirs magiques, il empeste la charogne. Ca nous change des héros stéréotypés d’Hollywood.

Le gros point fort du roman, qui m’a séduit, réside dans les personnages. L’histoire brasse une cinquantaine d’individus qui ont tous leur personnalité et leur parler. C’est bien, c’est presque excellent. Les héros sont confrontés à une galerie pittoresque de personnages et j’applaudis le travail de l’auteur sur ce point.  Certains écrivains ont tendance à glisser dans le manichéisme et le prêchi-prêcha, en répétant à toutes les pages que le « X c’est mal » ou que « Y c’est bien ». J’apprécie de voir que tous les points de vue sont exprimés. Cela ajoute du réalisme à l’univers du récit.

Et, pour finir, je dirai que c’est probablement le seul livre au monde qui fait l’apologie de l’alcoolisme :)

 

 

 https://www.amazon.fr/dp/B00HASH184